Du Coca contre la tourista ?

LES IDÉES REÇUES DES VACANCES (ÉPISODE 2) – Ce sont des préconisations connues de tous les vacanciers : ne pas se baigner après le repas, uriner sur les piqûres de méduses pour éliminer leur venin, et cætera. Sortons les études scientifiques du sac de plage pour nous assurer que ces conseils ne sont pas bâtis sur du sable… Nouvel épisode de notre série estivale : faut-il boire des sodas au cola en cas de tourista ?

Tourista, allégorie

Si j’en crois ma grand-mère, mon grand-père, ma tante Gudule et mon cousin Machin [1], en cas de diarrhée, les boissons au cola (avec ou sans gaz) « arrêteraient la diarrhée » et seraient « idéales pour se réhydrater ». Ils ajoutent parfois que « ce n’est pas un hasard si ces boissons ont été inventées par un pharmacien ».

Ma foi, c’est tellement « idéal » pour interrompre la diarrhée et pour se réhydrater en cas de maladie que RIEN dans la littérature scientifique médicale n’abonde en ce sens. Bien au contraire, concernant le second point !

Certes, ces boissons contiennent de l’eau, donc c’est un apport en eau… mais la réhydratation, c’est bien plus compliqué que cela ! Car avec la diarrhée, l’organisme perd aussi énormément de sels minéraux indispensables à son bon fonctionnement [2]. Notamment le sodium, qui améliore l’absorption de l’eau au niveau de l’intestin grêle, sa séquestration dans l’organisme, et ralentit le débit urinaire. Or, les sodas au cola sont pauvres en sodium (environ 40 mg/L). On pourrait faire un bilan analogue pour le potassium… avec un effet pervers : en cas de déficit trop important, l’eau de l’organisme passera plus facilement dans l’intestin, AUGMENTANT les diarrhées [3] !

Un dernier argument en défaveur de ces boissons – et, par extension, de l’hydratation par jus de fruit en cas de diarrhée – est qu’elles sont généralement trop sucrées comparées aux pertes en glucose de l’organisme.

Un pis-aller ?

Dans de nombreux pays, pour assurer des apports en eau, le voyageur a certainement plus intérêt à boire des boissons embouteillées industriellement que de mettre sa bouche sous le robinet ou de croquer dans des fruits lavés à l’eau claire…

Mais alors, pourquoi conseille-t-on ces sodas ? Sûrement parce qu’on confond deux choses. Dans les pays où les conditions sanitaires sont mauvaises, c’est probablement la boisson stérile la plus aisée à trouver. Toute boisson embouteillée industriellement vaudra toujours mieux que l’eau du robinet pour s’hydrater au quotidien.

Le sens de ce constat s’est détourné, pour créer le mythe… alors que les sodas au cola n’ont pas de vertu anti-tourista. Pour retrouver les sels minéraux indispensables, il y a infiniment mieux. Avant le voyage, passage par la pharmacie, et vous demandez quelque chose qui ne coûte quasiment rien : des solutions de réhydratation orale (SRO) pour nourrissons – c’est idéalement dosées en sodium, chlore, potassium, glucose, etc. Ce n’est pas un gadget ! On parle d’un produit sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS. C’est, comme son nom l’indique, tout à fait approprié pour les nourrissons, et parfaitement efficace chez l’adulte [4]. Versé dans une bouteille d’eau potable, ça fait le job que ne fera jamais le soda.

Si on a oublié les SRO, l’alternative préconisée par l’OMS est la suivante : se réhydrater avec un mélange de : six cuillères à café de sucre et une cuillère à café de sel dans un litre d’eau « sûre » (pas celle du robinet). [5]

Et voilà un autre mythe rhabillé pour l’hiver ! Retrouvez d’autres mythes de l’été ici… et d’autres mythes « tout court » !

@curiolog

Cette analyse de mythe a préalablement été présentée dans une chronique dans la Magazine de la santé de France 5 par votre serviteur en juin 2017, et dans un billet rédigé au début de l’été 2015.

Notes et compléments

[1] Et même mon voisin, monsieur Verdaux. Les vrais savent.

[2] Les différences de concentration de ces substances chimiques entre le plasma sanguin et les cellules sont au cœur de la plupart des phénomènes de diffusion moléculaire dans les tissus.

[3] Des cas documentés de déficits dangereux en potassium (hypokaliémie) provoqués par une ingestion massive de boisson au cola illustrent assez bien ce fait (voir notamment « Cola-induced hypokalemia-a case report and review of the literature » ou « Chronic hypokalemia due to excessive cola consumption: a case report« ).

[4] R.J. Maughan et al. « A randomized trial to assess the potential of different beverages to affect hydration status: development of a beverage hydration index. » Am. J. Clin. Nutr. mars 2016. 103(3):717-23. doi: 10.3945/ajcn.115.114769

[5] Selon la revue Prescrire, qui a réalisé au début des années 2000 une synthèse très sérieuse sur la réhydratation, les SRO sont « aussi efficaces que la réhydratation par voie intraveineuse ». Les auteurs insistaient, eux aussi ; sur l’inadéquation de la consommation de colas avec l’objectif recherché – selon eux, consommer un gruau de riz apparaît comme une méthode de réhydratation alternative beaucoup plus défendable.

5 pensées sur “Du Coca contre la tourista ?

  • 2 juillet 2018 à 12 h 51 min
    Permalink

    Moi on m’a toujours dis que le cola constipait, on m’a jamais parlé de la réhydratation …

    En dehors, article trés intéressant

    Répondre
    • 4 août 2018 à 23 h 43 min
      Permalink

      Comme précisé dans l’article, le cola n’a aucun effet démontré en ce sens, et le déficit en potassium induit par une diète en cola aura, selon toute vraisemblance, l’effet inverse !

      Répondre
  • 2 juillet 2018 à 14 h 29 min
    Permalink

    Un médecin m’avait conseillé, en attendant de trouver des sels SRO, de boire du coca salé. Ça permet de combiner l’aspect « sûr » du coca avec l’apport en sels. Et puis ça a l’effet de dégazer le coca, ce qui le rend plus digeste.

    Répondre
  • 11 juillet 2018 à 7 h 26 min
    Permalink

    D’accord avec Seb, ce que j’ai toujours entendu dire c’est que le Coca permet de lutter contre la diarrhée, rien à voir avec l’hydratation. Je m’attendais donc que l’article nous dise si c’est vrai ou pas. Je présume que non…

    Répondre
    • 4 août 2018 à 23 h 42 min
      Permalink

      Comme précisé dans l’article, le cola n’a aucun effet démontré en ce sens, et le déficit en potassium induit par une diète en cola aura, selon toute vraisemblance, l’effet inverse !

      Répondre

Laisser un commentaire