La petite curiothèque [1] : marchepied pour l’esprit critique

La petite curiothèque ? C’est quoi la petite curiothèque ?
(clic)
(clic)
Aaaaah, la curiothèèèèèèque.

Pour cette première édition de la petite curiothèque (LPC), j’aurais pu commencer par vous lister :

  • les livres qui m’accompagneraient, de gré ou de force, sur une île déserte ;
  • les livres dont le manque de rigueur crasse m’a ouvert les yeux sur ce que devrait être un texte un tantinet rigoureux ;
  • les livres pour entretenir le génie de vos neveux géniaux ;
  • etc.

Mais la pression populaire est forte, et je suis un tendre.

Voici donc présentés trois livres (parmi d’autres, pas d’inquiétuuuude, j’actualiserai cette page au fil des mois, curiologie.fr et LPC est un projet au long cours [1]) que j’offre à ceux de mes interlocuteurs que je veux initier en douceur aux splendeurs et aux vertiges de la pensée critique. Ces livres sont à offrir les yeux fermés, mais vous pouvez aussi les ouvrir pour apprécier le regard surpris de votre victime. Elle ne sait pas qu’elle va mette le pied dans un putain d’engrenage…

Les vieux briscards de la zététique et de la curiologie ne découvriront pas grand chose ici ; mais pour les autres, faites vous plaisir, commandez-les au papa Noël, à papa Versaire, achetez-les avec vos sous, mais croyez m’en : tous ces livres vous manquent.

baillargeon-autodefensePetit cours d’autodéfense intellectuelle

de Normand Baillargeon, illustré par Charb (éd. Lux)

Agacé par les informations idiotes répétées en boucle sur Internet, finalement démenties quinze jours plus tard ? Décontenancé par les tombereaux de chiffres déversés chaque jour à vos pieds par les médias ? Un peu illustré, beaucoup sourcé, rédigé avec clarté, parfait pour débuter dans l’esprit critique. Les concepts indispensables y sont résumés et plutôt fort bien expliqués. À trouver dans la besace de tout bon citoyen. Un livre que j’ai découvert après la fin de mes études de journalisme scientifique, où j’ai retrouvé l’essentiel des éléments de cours qui m’avaient fait dire « aahhhh ouais la vache, c’est vraiment facile de dire n’importe quoi, de tromper ses lecteurs sans même le savoir… »

Et puisque l’on aborde ce sujet, voici justement un livre de vulgarisation qui m’a bien secoué les poils d’étudiant et de citoyen quand je suis tombé dessus en 2005 :

klatzmann-statistiquesAttention statistiques !

de Joseph Klatzmann (éd. La Découverte)

trick-treatmentMédecines douces : info ou intox ?

de Simon Singh et Edzard Ernst (éd. Cassini)

Toute pratique médicale doit pouvoir être évaluée à l’aune de cette simple question : « est-elle plus efficace qu’un simulacre de traitement ? » Si la réponse est positive, elle peut légitimement entrer dans le champ de la médecine conventionnelle – de plein droit ou, si son efficacité ne se révèle qu’en appoint de pratiques existantes, au titre de médecine complémentaire. Sinon… elle ne mérite en rien l’appellation de médecine !

L’ouvrage co-signé en 2008 par Edzard Ernst [2] et le journaliste Simon Singh, chef d’œuvre de vulgarisation, est lui aussi à mettre entre toutes les mains (tout médecin, tout patient, tout citoyen, devrait au moins lire le premier chapitre de ce livre). Personnellement, je le mets dans celles des journalistes stagiaires qui passent par ma rédaction. Fourmillant d’anecdotes historiques, ce bouquin n’est pas (qu’)un manuel médical : c’est aussi un excellent livre sur la façon dont la démarche scientifique permet de répondre à des questions très concrètes et quotidiennes. Mérites déjà vantés ici par votre serviteur.

<img scale=

[1] Je me frappe déjà de ne pas avoir mentionné dès cette première version trois autres excellents livres, mais c’est parfait, ça m’oblige à remettre vite le couvert.

[2] Edzard Ernst est probablement le plus grand spécialiste mondial dans le domaine des médecines dites « alternatives » ou « non conventionnelles ». Premier titulaire d’une chaire universitaire en médecine complémentaire, ce chercheur formé à l’homéopathie, à l’acupuncture, à la naturopathie et aux manipulations des vertèbres s’est attaché à l’évaluation méthodique et rigoureuse de toutes les pratiques soumises à son attention.

Un commentaire

Laisser un commentaire