Liberté, égalité, [insérez votre publicité]

La devise de la République française est un petit bijou d’équilibre, qui inspire depuis plus de deux siècles d’innombrables nations et révolutions.

Ce triptyque m’a toujours fasciné car, par la présence de ses compagnons, chaque élément à un sens univoque, qui ne peut être dévoyé.

Le mot liberté, par exemple. Pour ne pas oublier que « la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres », et qu’il ne s’agit pas de la fameuse “liberté du renard dans le poulailler”, on peut compter sur le mot « fraternité ». De même, ce dernier mot éclaire le sens du terme « égalité », qui ne signifie pas « uniformité », mais bien « égalité des droits, dans une optique de solidarité ».

Joli combo soviético-antifraternel (par Suchard).

Liberté, égalité, connerie gratinée (par Flunch).

Rien ne m’effare donc plus que de voir des marchands de tapis, de sodas ou de crèmes de jour reprendre cette devise en substituant, « pour la rime », un mot quelconque à « fraternité ».

Être solidaire, partager son pain, considérer son prochain comme son frère, le prendre en considération, ne pas le laisser sur le bas côté, l’attendre sur le chemin, c’est vrai que ça n’est pas très vendeur. Chacun pour soi, tous égaux devant l’égoïsme, et surtout con-som-mez !

Liberté, égalité, compétitivité ! Liberté, égalité, achetez, achetez, achetez !

Parce que la fraternité ne vaut rien face à un bon slogan débile, j’ai lancé un Tumblr : Liberté, égalité, bande d’enfoirés. N’hésitez pas à me faire parvenir vos plus affligeantes trouvailles pour enrichir la collection.

@curiolog

Un commentaire

Laisser un commentaire