🎧 « Probablement ? : doutes journalistiques »

Mi-juillet 2019, j’ai eu le plaisir de passer un moment avec le pétillant Lê Nguyên Hoang, hôte de la chaîne Science4All (et grand spécialiste de la pensée bayésienne). Il m’a tendu un micro pour un épisode de son podcast « Probablement ? ».

L’entretien (disponible sur votre plateforme de baladodiffusion habituelle, ou sur YouTube) n’avait pas de durée pré-établie ; c’est l’une des grandes forces de ce format : il autorise toutes les nuances, et toutes les digressions. Bon, là, nous avons peut-être un peu débordé du cadre… puisque notre discussion a duré plus de trois heures et demi. Après quelques coupes dans les digressions (rassurez-vous, il en reste), l’entretien dure tout de même ses trois heures.

Nous espérons que vous le trouverez intéressant !

Pour faciliter votre écoute, je vous ai découpé la chose en trois parties (qui pourraient s’écouter indépendamment, d’ailleurs), et chapitré tout ça ! La troisième partie de l’entretien est très « contextuelle » (au sens où je réagis à chaud sur un évènement d’actualité), et était déjà un peu « datée » à l’heure où Lê mettait en ligne l’émission.

Partie 1 : « Évidemment que c’est vrai » (pourquoi j’en suis venu à la curiologie)

🔸De 00:00 à 14:08 – On commence par faire connaissance, avec le traditionnel « qui suis-je, d’où viens-je, d’où parlè-je ». On parle de dinos qui ont trop chaud sur du papier calque, de l’incompréhension interculturelle, un mauvais couloir qui s’avère être le bon, des illusions pseudo-scientifiques, du réalisme fantastique, du savoir « à connotation scientifique », de la lévitation, et de comment est née l’envie de fact-checker toutes ces choses-là…

🔹De 14:09 à 19:06 – Les raisons que l’on peut avoir de devenir « journaliste scientifique », le goût (et l’arrière-goût) des sciences, les spécificités du journalisme scientifique (dont je parle également à la fin de ce billet), et les sciences considérées au travers de mes bon vieux trois « C », à savoir comme un travail « collectif, cumulatif et correctif ».

🔸De 19:07 à 29:34 – Ma découverte de la médiation scientifique, les préconceptions des publics, quelques aventures au pays des caribous, au pays des trains sales, dans un transsibérien, et mon arrivée au Magazine de la santé, des « études à la une » qui sentent un peu le pâté, et un gros gâteau qu’on me propose de découper différemment.

Le film évoqué autour de la quarantième minute, dont le scénario gravite autour de l’idée reçue selon laquelle « l’effet nocebo qui donne le cancer »…

🔹De 29:35 à 42:30 – De la distinction entre vulgariser et photocopier, du fait d’attraper froid, le stress qui NE donne PAS le cancer, la dent d’or de Fontenelle, du Lelouch.

🔸De 42:31 à 56:20 – Vulgariser la vérification (ou le retour de la communication interculturelle), un peu de naturopathie contre le virus Ebola, du funambulisme, du risque d’exposer le lecteur à des idées fausses auxquelles il n’avait pas encore été confronté, du risque de trop détailler les preuves qui sous-tendent une réfutation.

🔹De 56:21 à 1’01:03 – Que rétorquer à ceux qui nous accusent d’avoir des « a priori négatifs » sur un sujet ? Qui a été le relais de nos idées reçues ? Verbaliser le sentiment d’invraisemblance. Le « droit de s’en foutre ».

🔸De 1’01:04 à 1’09:28 – Fermeture de parenthèse : pourquoi j’ai finalement passé six ans à faire du journalisme sur la santé et la médecine ; l’institut supérieur de charlatologie.

Partie 2 : Déconstruisons ensemble nos certitudes

🔹De 1’09:29 à 1’14:08 – Un petit aparté sur l’a priori bayésien, les préjugés réfléchis, et sur le sens induit par certains mots…

🔸De 1’14:08 à 1’29:40 – Les préjugés courants sur l’homéopathie (et sur ceux qui croient en l’homéopathie) ; dialoguer avec des gens qui ont fait un long chemin dans leurs croyances (avec un aparté sur le négationnisme) ; des trous noirs qui guérissent (non) ; une visite à Poudlard ; une définition utile du consensus.

🔹De 1’29:41 à 1’41:25 – D’où vient ma croyance sur tel ou tel sujet ? Qu’est-ce qui m’a convaincu ? Qu’est-ce qui m’empêche de changer d’opinion ? De gentils petits nazis (non).

🔸De 1’41:26 à 1’45:50 – Un petit mot sur la bienveillance , avec un petit « big up » à l’Observatoire Zététique.

🔹De 1’45:51 à 1’50:48 – Avoir conscience des effets positifs et négatifs induits par les supports de communication que l’on emploie (ce podcast compris).

🔸De 1’50:49 à 2’00:56 – Le retour de la vengeance de la communication interculturelle ; une ONG criminelle, mais qui le vit bien ; améliorer sa façon de débattre et de questionner.

🔹De 2’00:57 à 2’04:37 – « Plus il y a d’esprit critique, moins il y a de pensée critique ». Les dan d’esprit critique.

🔸De 2’04:37 à 2’12:11 – Homéopathie : les médecins étaient les seuls à pouvoir critiquer les médecins (#nofakemed).

Partie 3 : Comment faire une critique constructive du journalisme ?

[Rappel : cet entretien a été enregistré le 19 juillet 2019 ; à la demande de Lê, dans cette troisième partie, je commente « à chaud » l’actualité du moment : la publication d’une tribune contre la mauvaise qualité du journalisme scientifique]

🔹De 2’12:09 à 2’16:48 – Pour initier un changement dans le traitement de l’information scientifique par les journalistes il existe plein d’approches… inefficaces et contre-productives.

🔸De 2’16:49 à 2’20:33 – Tiens, c’est bizarre, quand 40 mecs apostrophent un journaliste sur Twitter pour lui dire qu’il fait mal son travail, il se braque…

🔹De 2’20:33 à 2’23:52 – Faire changer les choses de l’intérieur… avec une méthode qui, jusqu’à preuve du contraire, ne marche pas non plus.

🔸De 2’23:53 à 2’29:29 – ♫ Dans mon marigot, sans prétention, j’ai plutôt bonn’ réputation ♫ (le capital réputation). Mais ça ne suffit pas. Le salut viendra-t-il des associations des journalistes ?

Logo du collectif #nofakescience

🔹De 2’29:30 à 2’36:56 – Du contexte de la rédaction de la tribune #nofakescience (ce que je crois en savoir, en tout cas !). Où des journalistes critiquent des journalistes qui critiquent des journalistes. Un texte écrit par des gens qui ont une vraie réflexion et de vraies connaissances épistémologiques… et le sentiment (au moment de l’entretien) que ces réflexions et connaissances ne transparaissent pas dans la version finale de la tribune. Conséquences de beaucoup de compromis d’écriture entre les rédacteurs ?

🔸De 2’36:57 à 2’41:57 – Des procès d’intention à anticiper (point que j’ai plus largement développé fin juillet dans ce billet).

🔹De 2’41:57 à 2’43:05 – Une tribune rédigée tôt dans l’année, alors que le débat s’est envenimé durant tout le premier semestre.

[remarques : Concernant la question de la relecture : j’ai échangé avec un des co-auteurs à la fin du printemps. Une seconde relecture m’a été proposée, mais j’étais dans l’incapacité technique (ordi pété) de proposer la moindre aide. Il serait donc faux d’entendre ou de croire que les auteurs de #NoFakeScience étaient fermés ou réfractaires aux commentaires ou aux critiques, bien au contraire. J’ajoute que mes propos (chez Lê ou sur curiologie.fr) concernant la prise en compte de la grille de décodage/décryptage journalistique n’aurait de toute façon pas nécessairement été exprimée en ces termes « a priori » (!) ; le sentiment d’une intelligibilité difficile pour le public cible est une chose, mettre des mots dessus en est une autre… Lorsqu’un texte m’est proposé pour relecture, je pense en secrétaire de rédaction (quels détails clochent ou font obstacle à la lecture, faut changer ce petit truc et celui-ci…), pas en éditeur (en tout cas avec un regard plus méta sur objectif/stratégie d’énonciation)… Bref : mes éventuels conseils auraient été hors des enjeux identifiés « à froid » !]

 

🔸De 2’43:06 à 2’48:02 – L’intention (louable) et la forme (peut-être plus critiquable ?) de la tribune.

🔹De 2’48:03 à 2’51:58 – Quel pari faire quant aux effets de cette tribune citoyenne ?

🔸De 2’51:59 à 2’54:00 – Aurait-il mieux fallu expliquer la notion de consensus plutôt que de lister des consensus ?

🔹De 2’54:00 à 2’57:09 – Comment (et peut-on) anticiper la façon dont les gens vont interpréter les choses de travers ?

🔸De 2’57:10 à 3’04:33 – Un départ de feu, des départs de mieux.

Post scriptum : Pour les quelques personnes qui sont arrivées au bout de ce billet et de ce podcast… si ces questions vous intéressent, j’en profite pour vous inviter à soutenir mon travail via utip.io/curiolog… Hé oui, ce blog est bénévole, mais il faut un peu de sous pour maintenir le site en état, l’hébergement, et financer les recherches derrière certains articles… Merci à ceux qui peuvent, ainsi qu’à ceux qui aimeraient pouvoir !

@curiolog

Laisser un commentaire