Des nouvelles du futur

Avec les capacités d’induction qui caractérisent les plus agiles détectives et les plus modernes plaques de cuisson, beaucoup d’habitués du blog ont conclu que Curiologie.fr était entré, sinon en hibernation, tout du moins en hivernation* ; et qu’avec l’arrivée des premiers bourgeons et autres scions, les billets zététiques et autres chroniques critiques refleuriraient à leur rythme mensuel habituel, et certainement « de plus belle ».

Du temps pour bien faire les choses

Le 1er janvier, j’ai quitté la rédaction dans laquelle je travaillais depuis 6 ans. Mon intention, mon ambition (un peu naïves, voire complètement folles) étaient de consacrer désormais beaucoup plus de temps à la production d’outils et de ressources pédagogiques, qu’à la production d’articles pour la presse.

Ce qui est bien mignon, mais.

Élaborer les dossiers sur la genèse des idées fausses, en lisant méthodiquement des dizaines d’études pour vérifier qu’on ne leur fait pas dire n’importe quoi, recontacter des chercheurs quarante ans après leurs déclarations pour discuter d’un point litigieux, tout cela prend beaucoup de temps. Temps que l’on ne consacre pas à des activités moins stimulantes mais qui rapportent des sous, sous qui permettent de prendre le temps d’enquêter en paix.

Ces premiers mois de 2019 sont donc consacrés à identifier les bons paramètres de l’équation « comment consacrer un maximum de temps à la production de supports gratuits de qualité sans finir sous un pont ».

Coulisses curiologiques

Ces premiers mois sont également l’occasion de mettre sur pied les projets futurs. Voici ce dont je peux d’ores et déjà vous parler :

  • L’écriture d’un nouveau livre, qui n’aura absolument aucun lien avec le précédent : un manuel d’astronomie qui n’est pas vraiment un manuel d’astronomie, mais en fait si.
  • La publication, sur ce blog, d’articles dérivés d’un certain nombre de mes interventions publiques (conférences, essentiellement), parmi lesquelles :
    • L’éthique du placebo.
    • Pourquoi les méta-analyses ne coiffent pas la Pyramide des preuves.
    • Redéfinir l’expertise et le consensus scientifique.
    • Du bon usage du canular pédagogique.
  • La conception d’un outil pédagogique autour des « arnaques argumentatives », capitalisant sur un très important retour d’expérience relatif aux « concours de mauvaise foi » et autres enseignements autour des sophismes et autres paralogismes. Les supports seront élaborés avec la complicité de RôM, dessinateur de la série EBBH.
  • La conception d’un outil pédagogique accessible « dès 9 ans », dérivé du fascicule pédagogique que j’avais élaboré en 2016 dans le cadre du festival « Comment savoir si c’est vrai ?« .
  • La participation à la coordination pédagogique de plusieurs événements enthousiasmants :
    • Les conférences Déconstruire les Infox de La Rochelle.
    • Le festival Vitry sur Science 2019.
    • Les Joutes de Mauvaise Foi de la Cité des Sciences et de l’Industrie.
  • La remise sur pied du projet de ressources vidéos « Curiologie », abandonne en 2016 avec la perte de mon précédent ordinateur.
  • L’intervention bénévole dans des médias, pour vulgariser un peu la pensée critique. Cela parait idiot, mais quand je prends une demi-journée pour aider des journalistes à ne pas raconter des bêtises, c’est un sacerdoce citoyen. « Oui mais ça te fais de la pub », « oui mais en échange, ils citent ton bouquin »… Oui, mais hélas, non** 🙁

Le plus difficile étant de prioriser tout ça… Si certains de ces Travaux ont votre préférence/impatience, n’hésitez pas à m’en toucher deux mots en commentaire !

Semons ensemble des graines d’esprit critique…

Voilà qui ressemble à une activité à temps plein. Ne nous leurrons pas, tout cela est très ambitieux. Mais vous pouvez contribuer à cette utopie au Curiolande…

Vous êtes nombreux à m’avoir fortement incité à créer un compte de financement participatif (tipeee ou patreon) en soutien du projet Curiologie. J’ai fait un premier mouvement en ce sens en créant un compte uTip, au travers duquel vous pouvez donner de façon régulière à une personne, à une communauté de vulgarisateurs, contribuer de façon ponctuelle, ou même « sans frais » en lançant la lecture d’une vidéo publicitaire. J’ai beaucoup tergiversé (financer l’esprit critique par la pub a quelque chose d’ironique), mais dès lors que les ressources que je produis restent accessibles au plus grand nombre sans exposition à de la pub, et que le don « par la pub » est totalement optionnel, j’ai fini par céder. Rien n’oblige d’ailleurs à visionner la vidéo dont on a lancé la lecture (hihi)…

Tous vos messages de soutien sont également les bienvenus.

N’hésitez pas à partager les dossiers du blog autour de vous ! N’hésitez pas à partager le lien du compte uTip… Vous pouvez même me payer un coup la prochaine fois que vous me croisez : ça participe au moral de la troupe qui s’agite sous mon crâne ! 😉

Merci à tous de votre complicité… et de votre enthousiasme pour ce travail mené depuis 3 ans sur ce blog !

Amitiés curiologiques;

@curiolog

* Dans l’usage, la nuance (pas forcément pertinente scientifiquement) se veut celle-ci : en hivernation, on tourne au ralenti, on peut donner naissance à des petits, les fonctions vitales principales restent opérationnelles ; en hibernation, on entre carrément en léthargie, la température descend, l’activité cérébrale de l’hibernant approche celle du ficus commun. Pour une discussion des (importantes) limites de ce distinguo, écoutez ce passionnant podcast !

** La question m’est souvent posée, et j’y réponds bien volontiers, en toute transparence. Ecrire SSDOTG m’a-t-il permis de mettre du beurre dans les épinards ? En dépit des réimpressions, non. Vérifier ses sources et réfléchir à la façon de vulgariser des concepts n’est pas une activité lucrative. J’ai reçu l’équivalent d’un mois de salaire en 2017 pour un temps de travail de 800 heures (soit le job le moins rentable de ma vie). Depuis je n’ai pas touché un seul centime. La raison est double : le livre est sorti fin novembre 2017. Le calcul des ventes est fait sur l’année civile pleine, et décomptée (chez mon éditeur) six mois plus tard. Je connaîtrai les ventes de 2018 en juillet prochain. Je toucherai (brut) 8% du prix du livre, soit moins d’un euro (net) par tome réellement écoulé en librairie. De plus, la somme que je recevrai est soustraite de l’avance (le mois de salaire) touchée en 2017 pour les 800 heures de travail. Bref, à moins que le succès d’édition soit phénoménal, mi-2019, je ne suis même pas sûr d’avoir les épinards à mettre sous le beurre. Soyons clair, j’ai écrit ce livre parce qu’il me semblait nécessaire, pas dans l’espoir d’être rétribué à hauteur du travail fourni !

5 pensées sur “Des nouvelles du futur

  • 11 mars 2019 à 17 h 02 min
    Permalink

    Un programme fort alléchant (qui sera certainement énergivore, mais il y a quelque chose d’enthousiasmant aussi… toujours ce délicat équilibre !)

    Répondre
  • 14 mars 2019 à 21 h 42 min
    Permalink

    Bonjour,

    Où est-ce que se trouve les liens pour réserver sa place pour les rencontres zét ? Je n’arrive pas à les retrouver sur Eventbrite. Merci d’avance

    Répondre

Laisser un commentaire