Journalisme scientifique : le risque d’avoir tort ?

Je me trouve régulièrement confronté à un dilemme journalistique très fréquent. La situation est la suivante : une affirmation circule, dont je dois évaluer la vraisemblance. À l’heure où je m’attele au dossier, le socle de preuves pour soutenir la validité de cette affirmation est trop étroit ou trop fragile pour apposer mon tampon « FACTUEL« . Deux options s’offrent à moi : soit chercher à décourager mes rédacteurs en chef de céder à la pression médiatique (« ne crions pas avec les loups »), soit m’atteler à la rédaction d’un article prudent et mesuré où j’expliquerais pourquoi, à date, il est faux de présenter la chose comme certaine ou acquise. Pour détourner le célèbre adage ursidocide : qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours, puisque nous ignorons si l’ours a, ou non, été tué.

Vend peau d’ours, très peu servi.

La démarche scientifique – cumulative, collective et corrective – permet de produire des affirmations associées à un certain niveau de certitudes (parfois élevé), jusqu’à preuve du contraire. Ces derniers mots, que l’on annone souvent sans trop y prêter attention, ont une signification très particulière : les sciences sont ouvertes à la remise en question, pour peu que les données soient suffisamment solides pour justifier ce changement. Ce point, que j’ai déjà abondamment commenté ailleurs [1], a une conséquence évidente pour le journaliste scientifique : de nouvelles données peuvent rendre obsolète une analyse pourtant pertinente à un instant donné.

Informer sur l’incertain

J’insiste sur les mots employés : « rendre obsolète », et non « donner tort ». Ce n’est pas une pirouette pour refuser de reconnaître ses erreurs (un bon journaliste se doit, selon moi, de reconnaître et de commenter ses erreurs, l’humilité étant l’une des mamelles de l’esprit critique). En effet, il faut bien comprendre que la démarche scientifique – et l’exercice journalistique qui consiste à rendre compte de ses résultats de façon contextualisée – donne une description du monde « au plus juste, avec les moyens dont elle dispose ».

Elle ne prétend pas, le plus souvent, dire le « vrai » : la vérité scientifique, c’est la description « la plus vraie possible » d’une situation ou d’un phénomène, un état des connaissances qui repose sur l’état des connaissances antérieures. C’est une démarche très fiable, mais qui n’est bien entendu pas infaillible.

Journaliste scientifique tentant (en vain) de s’épargner la lecture méthodique d’une étude spéculative…

La situation journalistique à laquelle j’ai le plus fréquemment été exposé est celle de résultats de recherches très partiels, pourtant présentés comme « révolutionnaires » ailleurs dans la presse. Ne disposant d’aucune boule de cristal ni de machine à voyager dans l’avenir [2], je ne peux savoir si la découverte va être corroborée ou non. Je ne peux deviner si les auteurs des travaux finiront avec un prix Nobel mérité [3] ou si le temps révélera une erreur [4] dans leurs interprétations.

Journalistes scientifiques, nous ne sommes pas prophètes. Nous n’avons pas à pronostiquer le « ça va marcher » ou le « ça va se planter », par exemple lorsqu’une thérapie révolutionnaire est annoncée. Nous espérons, bien évidemment, les issues favorables ! Mais nous ne devons pas laisser nos aspirations optimistes aveugler notre jugement critique.

Notre devoir est d’identifier les limites des méthodes employées, de soupeser la validité des arguments utilisés par les chercheurs ou les personnes en position d’experts et, le cas échéant, de manier le conditionnel (ou de contextualiser les résultats).

Zika, zizi et zététique
L’adage selon lequel un titre rédigé sous la forme d’une « interrogation totale » a toujours pour réponse « Non ! » ne se vérifie pas toujours. Ici, la réponse était « Probablement pas, jusqu’à preuve du contraire »…

Je l’ai dit : j’ai déjà moi-même écrit des articles prudents qui sont ultérieurement devenus obsolètes. Un exemple que je cite souvent à mes étudiants : un article sur le virus Zika, daté des derniers jours de janvier 2016, dans lequel je synthétisais les données disponibles sur sa contagiosité par voie sexuelle. À aucun moment je n’y affirme que le fait est faux (je n’ai aucun moyen de trancher), seulement qu’il ne s’agit pas là de l’hypothèse la plus probable, et qu’aucune situation de ce type n’a jamais encore été formellement validée. Les faits sont bruts, et contextualisés : l’hypothèse n’est pas impossible, mais pas assez vraisemblable pour justifier de crier haro sur les relations sexuelles en zone épidémique [5].

L’avenir invalidera cette hypothèse qui était, assurément, la plus raisonnable fin janvier : des données probantes ont finalement montré, mi-avril, que le virus peut être retrouvé dans le sperme (et même dans les spermatozoïdes [6]), et être contaminant par ce vecteur. Information factuelle, étayée, que je n’ai évidemment pas manqué de relayer et d’intégrer aux articles ultérieurs sur le sujet.

La crainte de minimiser un risque réel…

Cet exemple, qui en vaut un autre, soulève d’intéressantes questions. S’agissant, comme ici, d’une situation associée à un risque potentiel, ne fallait-il pas se ranger à un « principe de précaution journalistique » et sonner l’alarme malgré des indices qui, à date de publication, étaient médiocres ? La question se pose bel et bien, et doit se trancher au cas par cas.

Dans le cas du virus Zika, même en postulant la validité de l’hypothèse évoquée, ce mode de transmission serait apparu comme totalement anecdotique. En zone d’épidémie, le poids relatif du principal vecteur – le moustique – aurait été des milliers de fois supérieur à celui-ci (et aurait, de fait, empêché toute évaluation de l’hypothèse « sperme »). Mettre en garde contre les rapports sexuels sur la base d’une anecdote mal documentée n’était clairement pas un choix pertinent.

On peut sans mal envisager des situations inverses où l’incertitude est plus faible et les risques plus élevés. Dans ce contexte, des préconisations « de précaution » se justifient bien évidemment… quand bien même on se reprocherait ultérieurement d’avoir enjoint au port de ceintures et de bretelles alors que seul l’un ou l’autre aurait suffi.

…et celle de survendre du vent
« La démarche scientifique est, en quelque sorte, le juste équilibre entre enthousiasme et prudence. » (SSDOTG)

Après avoir évoqué le cas du traitement d’annonces relatives à un « risque », abordons brièvement celui d’annonces relatives à un « bénéfice ». Par exemple : l’annonce enthousiaste de la découverte d’un nouveau traitement… annonce basée sur des travaux non publiés, et dont la méthodologie est clairement entachée de nombreux biais et failles. Le risque, à colporter l’annonce sans aucune précaution éditoriale, est clairement de susciter un espoir qui sera finalement déçu. Conséquemment, nous entraînerions défiance envers la recherche, défiance envers les médias, et un « contrecoup » important au moral de ceux à qui nous avons survendu l’info, par excès d’enthousiasme. C’est ce que je nommais ailleurs « l’effet secondaire de l’effet d’annonce« , dont la prise en compte est – à mon sens – une question éthique fondamentale en journalisme.

Les exemples abondent de titres de presse qui ont clamé un jour ou l’autre, tout à fait à tort, qu’un médicament miracle pour une pathologie X ou Y venait d’être découvert. J’en ai déjà recensé et commenté une palanquée et – comme l’a récemment suggéré l’un de mes contacts sur le réseau Twitter – un simple clic permet de révéler l’étendue de cette absurde et désolante situation (par une requête « bientôt un nouveau traitement » dans les pages générales ou « traitement miracle » dans les pages Actualités d’un moteur de recherche).

Chloroquine, covid19 et (boule de) cristal

Dernier cas en date, survenu durant la crise du covid-19 : l’engouement généralisé de la presse pour plusieurs annonces extrêmement optimistes d’un infectiologue marseillais, le Pr Didier Raoult. Le 25 février 2020, il diffuse une vidéo intitulée « Coronavirus : fin de partie » où il déclare que des recherches menées in vitro avec une molécule antipaludéenne (l’hydroxychloroquine) a démontré tout son potentiel pour détruire le coronavirus. La vidéo, qui fait grand bruit, sera toutefois ultérieurement rebaptisée « Coronavirus : vers une sortie de crise ? » [7]… En effet, il est excessivement hasardeux de prétendre que des résultats en éprouvettes pourront se généraliser à l’humain malade [8], ni qu’ils ne soient assortis d’effets indésirables par trop rédhibitoires.

La fameuse molécule est-elle pour autant inefficace ? Impossible de trancher, mais il serait mensonger d’écrire qu’en l’état des connaissances, elle était « efficace » ou « prometteuse ». Las, quelques semaines plus tard, la presse s’enflamme pour une nouvelle annonce du même professeur, qui clame que des essais cliniques menés sur deux douzaines de patients ont donné des résultats extraordinaires. Le quotidien les Echos titre avec une citation du chercheur : « on sait guérir la maladie ».

Version vegan-friendly du fameux proverbe : « Mettre le maillot jaune sur eBay avant de l’avoir remporté ».

Les écueils méthodologiques potentiels sont pourtant nombreux, et les données disponibles trop limitées pour déjà crier victoire.

Avec plusieurs personnes sur les réseaux sociaux, nous avons tenté de mettre l’accent sur ces écueils potentiels [9]. La meilleure synthèse des principales observations formulées a été réalisée par Nicolas Martin, producteur de l’émission la Méthode Scientifique, dans une chronique diffusée le 18 mars .

Ces observations sont-elles une liste des preuves d’une inefficacité de la molécule ? Absolument pas. Doivent-elles inciter les médecins qui doivent gérer des patients en situation critique à ne surtout pas envisager d’y recourir ? Non plus.

J’ai eu maintes fois l’occasion de le répéter en 24 heures : les appels à la prudence dans le traitement médiatique ne signifient pas que les médecins auraient tort d’utiliser la chloroquine de façon contrôlée sur patients ciblés. La médecine est une discipline éminemment pragmatique, et les médecins ont, en situation de crise, grandes latitudes pour recourir (avec toutes les précautions et la surveillance nécessaire) à diverses stratégies potentiellement pertinentes.

Profession : pinailleur ?
L’avenir peut « nous donner raison » alors que nous n’avions en réalité aucune bonne raison d’avoir raison… m’voyez ?

J’avoue avoir été surpris des reproches qui m’ont été fait d’interroger cet enthousiasme journalistique débridé en période de crise, alors qu’à date, tant d’incertitudes demeurent. Ce n’est pas comme s’il y avait des précédents d’espoirs déçus… notamment avec la chloroquine.

Quid de l’espoir et de l’optimisme ? Est-il réellement du rôle du journaliste scientifique de tempérer, voire de doucher, les enthousiasmes ?

On peut nourrir l’optimisme sans crier prématurément victoire ; les journalistes (et ceux qui font la titraille, et les community managers qui participent à la diffusion de leur travail) ont la responsabilité d’un minimum de précautions dans leur prose. Bref : ne pas laisser croire que la solution miracle est DÉJÀ trouvée, validée, certifiée.

Il arrive bien sûr, parfois, que des mouvements d’enthousiasme médiatique sur des questions sanitaires paraissent justifiés a posteriori. Parfois. A posteriori.

Pot-pourri de gros titres trahissant un manque certain de précautionnisme journalistique… (source : Acrimed)

Le problème est qu’il arrive également bien souvent que l’on saute trop vite aux conclusions. Que les journaux clament que Scotland Yard a arrêté un Xavier Dupont-de-Ligonnès alors qu’il ne s’agit que d’un quidam qui ne lui ressemble ni de près, ni de loin. Qu’un « vaccin contre le sida » ou « une pommade miracle contre la maladie de Lyme » fassent les gros titres [10]. Que des espoirs suscités par manque de prudence soient déçus.

Il nous faut informer sur l’incertain, dans un monde incertain. Pour ce faire, il nous faut faire comprendre au grand public que l’incertitude est consubstantielle de la progression des savoirs scientifiques, et qu’une annonce publique – aussi enthousiasmante soit-elle – doit tout de même passer l’épreuve du temps.

Il ne s’agit évidemment pas de refuser de parler de ces annonces, mais bien d’expliquer la nature des éventuelles avancées, ainsi que leurs éventuelles limites, à la date où est effectuée l’analyse.

La chloroquine s’avérera-t-elle être le traitement miracle du covid-19 ? Quiconque l’affirme à cette heure fait un pari, pas de l’information scientifique. Demain (ou un peu plus tard), ce jugement sera peut-être obsolète, mais les journalistes qui l’auront formulé ne pourront pas se reprocher d’avoir fait des « paris » sur l’actu, au détriment de l’information du public.

Laissons aux joueurs invétérés cette fâcheuse habitude de sabrer le champagne avant que le cheval n’ait franchi la ligne d’arrivée.

@curiolog

Tant que vous êtes ici…

Avec le covid-19, on constate une razzia sur les « vitamines et compléments alimentaires » dans les pharmacies, dans l’espoir de « booster son système immunitaire »… Sur ces questions, vous pouvez lire (et partager) ces trois articles :

…et tant que vous êtes là…

Factchecking, dossiers de synthèse, lecture critique de sources, vulgarisation… Trois façons de soutenir le travail que fourni sur curiologie.fr :

  • partagez-le !
  • vulgarisateurs, journalistes ? citez-le explicitement quand il vous est utile ou vous inspire…
  • utip.io/curiolog
Les journalistes scientifiques doivent-ils écrire un article sur la peau de l’ours avant d’avoir vérifié qu’il y a bien un ours ?

 

Notes et références

[1] Lire le chapitre ⑥ de Santé, science, doit-on tout gober ? (Belin, 2017), intitulé « Douter du douteux ». J’y revient notamment sur la notion de curseur de vraisemblance, et sur des illustrations fortes de ce principe au cours de l’histoire des sciences.

[2] Elle est cassée.

[3] Notez qu’on a déjà vu des prix Nobel décernés pour des découvertes ultérieurement invalidées… J’y reviendrais sûrement à l’occasion !

[4] Involontaire… ou non.

[5] Ou, plus précisément, de recommander le port du préservatif chez ceux qui estiment par ailleurs ne pas être à risque d’infections sexuellement transmissibles.

[6] Voir : J.M. Mansuy et al. « Zika virus in semen and spermatozoa« . The Lancet Infectious Diseases, oct. 2016. doi:10.1016/S1473-3099(16)30336-X

[7] Sur le site de l’institution auquel il est rattaché, l’ancien URL (https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-fin-de-partie/) redirige vers la page actualisée.

[8] Cet appel à la prudence fait à tout chercheur se résume parfois en rappelant « qu’en éprouvette, l’acide chloridrique est très efficace pour éradiquer les cellules cancéreuses »…

[9] Outre les éléments listés dans mon propre fil, des observations très pertinentes ont été formulées par le titulaire du compte « @PotardDechaine » , par Mathieu Rebeaud ou par Tania Louis.

[10] Je vous renvoie, là encore, aux diverses études de cas proposées dans SSDOTG.

21 pensées sur “Journalisme scientifique : le risque d’avoir tort ?

  • 18 mars 2020 à 20 h 59 min
    Permalink

    J’ai lu votre thread sur twitter et ça m’a beaucoup aidé pour expliquer sur les groupes facebook officinaux pourquoi il était dangereux d’honorer les prescriptions faites en réaction de la vidéo de Raoult. Ces prescriptions sont et seront nombreuses hélas. Merci beaucoup d’avoir prémaché le travail. Merci.

    Répondre
      • 19 mars 2020 à 17 h 45 min
        Permalink

        Merci beaucoup! En effet beaucoup de choses à reprocher à cette étude comme la valeur POS pour les personnes qui ne viennent pas de Marseille à priori. Et impossibilité de connaître le matériel et méthode là dessus et des techniques différentes de chaque centre. La mise en culture de prélèvements (mais lesquels, quand? L’article se contredit) et le fait que cette mise en culture a été inefficace dans 6 cas sur 25 (donc que penser des PCR sur les prélèvements…)…
        N’étant pas inscrit sur twitter je vous livre juste mon témoignage pour dire que oui, des prescriptions il y en a eu hier, et que vu l’argumentaire de certains confrère « mais c’est un bon espoir et on gère les effets indésirables à cette dose », oui il y a très certainement eu des délivrances. Si les centre anti poison pouvaient témoigner des cas d’intoxications dans la presse grand public quand ça arrivera, et expliquer qu’un arrêt du cardiaque en temps de covid19 avec des hôpitaux surchargés, ce n’est pas le moment. Heureusement, le médicament n’est plus livré par les grossistes. Merci en tout cas de vos analyses critiques, un médecin chercheur du niveau de Raoult ne devrait pas jouer comme il le fait. J’espère que la chute lui sera fatale.

        Répondre
        • 23 mars 2020 à 10 h 28 min
          Permalink

          Merci pour votre retour. Je pense également qu’un chercheur de son niveau ne devrait pas produire des articles d’une qualité méthodologique si faible. En revanche, je ne souhaite la « chute » de personne, et espère simplement qu’il saura retrouver sa rigueur passée. De récentes déclarations de sa part (sur la supériorité statistique des échantillons faibles) ne laissent malheureusement rien présager de bon, mais je ne suis pas oracle.

          Répondre
  • 22 mars 2020 à 18 h 19 min
    Permalink

    Raoult n’est pas épidémiologiste mais infectiologue
    C’est pas la chloroquine mais l’hydroxychloroquine.

    Merci d’être précis
    Le professeur Raoult et ses équipes ne sont pas les premiers venus. Ils publient dans les plus grandes revues et sont les plus cités des auteurs européens. C’est pas rien! Si?

    Il est possible que leur article sur l’HCq et le covid19 soit plein de fautes, de biais, et de limites. C’est même.probable. mais c’est pas le but de l’article de déclenchement une autorisation de mise sur le marché.

    Répondre
    • 22 mars 2020 à 19 h 50 min
      Permalink

      Bonjour. Vous avez raison sur le titre du Pr Raoult et sur la molécule (je n’ai pas commis l’erreur sur l’autre article qui traite du sujet).
      Pour l’article sur l’HCq et le covid qui aurait pour but un déclenchement d’AMM, peu importe les biais méthodos, c’est tout à fait envisageable oui. Il me semble toutefois intéressant d’interroger l’emballement médiatique sur le sujet : des journalistes correctement formés auraient ils mordus à cet hameçon ? Dans l’article suivant, je m’interroge : la fin justifie-t-elle ce gaspillage de moyen (sachant qu’on pouvait faire un design plus robuste sans dépenser plus ?).
      Enfin, j’en conviens : Raoult et ses collègues ont publié dans de très prestigieuses revues par le passé, et certains articles sont très importants. C’est d’autant plus surprenant (effarant ?) qu’ils soient si léger sur ces travaux, et autopublient sans révision indépendante. L’urgence n’explique pas tout (encore une fois : d’autres chercheurs « s’embarassent » de ces précautions… pourquoi pas eux ?).
      Encore merci de vos remarques!

      Répondre
      • 24 mars 2020 à 15 h 00 min
        Permalink

        Le professeur Raoult bien que membre du conseil scientifique est visiblement opposé aux décisions qui y sont prises. Il est plutôt du côté chinois, sud coréen et allemand de dépistage maximaliste . Le nombre de mort dans les différents pays semble lui donne raison.
        Que les journalistes s’emballent ce n’est pas le problème de Raoult, c’est le problème de la déontologie et de la profession journalistique

        Ces premiers travaux sur l’hcq ont probablement été fait en mode ultra rapide pour pouvoir derrière justifie un essai a plus grand échelle.
        L’ansm se moquer qu’il ya ait des morts. L’ansm ne veut pas de mort ppendnat un essai clinique. C’est son seul objectif principal. Soigner les patients est un objectif secondaire. Le résultat de nombreux scandales sanitaires

        Quand a la qualité de la publication, je suis toujours etonne des critiques alors que l’article est peer reviewed. Dans une revue de bonne qualité.
        En médecine, a la différence de la finance, les performances passées d’un médecin sont un bon indicateur de ses performances futures. Ça veut pas dire que Raoult peut pas se tromper ou qu’il faut l’écouter sur tous les sujets
        Juste que le mec et son équipe sont probablement une des équipes d’infectieux les plus compétentes d’Europe voir du monde et qu’entre des rageux anonymes sur pubpeer et des journalistes qui balaient d’un revers de main ses théories et lui, j’ai plutôt tendance a lui .faire.( et son équipe: jamais oublié qu’il y a plein d’autres puph qui cosignent les articles)

        Répondre
        • 24 mars 2020 à 21 h 08 min
          Permalink

          Beaucoup de commentaires, je réponds laconiquement (désolé). L’étude n’a pas été publiée dans une revue scientifique de bonne qualité et vraisemblablement pas reviewée de façon indépendante (voir dernière note en fin d’article).
          La qualité de ses travaux pré 2010, voire pré 2013 est indéniable. Ses positions récentes « contre la méthode » (sic) scientifique, et ses sorties relatives aux statistiques, montrent entre autres indices une vraie baisse d’exigence de sa part. Les commentaires de pubPeer ne sont pas anonymes et ne sont pas le fait de « rageux ». Ils sont abondamment argumentés. Des commentaires critiques signés de chercheurs éminemment compétents en statistiques sortent ces jours ci, qui tous dénoncent les erreurs méthodo de DR. Les études similaires chinoises ne montrent rien (essai de Shanghaï).
          Le curseur de confiance est donc abaissé dans le cas présent. Ca ne veut pas dire que la chloroquine est inefficace, mais DR n’a rien produit qui permette de le savoir. Littéralement ce que dénonçait hier le directeur de l’OMS…

          Répondre
  • Ping : everything you need to know | En24 News

  • Ping : tout ce qu'il faut savoir - Covid-19

  • Ping : que faut-il en penser ? - Covid-19

  • Ping : que faut-il en penser ? | S.A. Expert Consult

  • Ping : Chloroquine et Covid-19 : que faut-il en penser ? - ArtistesBF

  • Ping : » Chloroquine et Covid-19 : que faut-il en penser ?

  • Ping : et si on faisait le point ? | S.A. Expert Consult

  • Ping : et si on faisait le point ? - 24H News

  • Ping : on fait le point sur les recherches - 24H News

  • Ping : on fait le point sur les recherches | S.A. Expert Consult

  • Ping : pourquoi Futura choisit de ne plus en parler | S.A. Expert Consult

Répondre à Antoine Annuler la réponse.